25 IDÉES POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ DE VENTE A DOMICILE

vente à domicile, 25 idées

Développez votre clientèle et enrichissez votre base d’hôtes et d’hôtesses

25 idées pour promouvoir votre activité et multiplier vos ateliers et vos réunions. Certaines sont « tirées » de sites Anglo-saxons qui ont une approche du « business » disons…. plus décomplexée!!

N’oubliez pas le mot INDÉPENDANT de votre statut de Vendeur à Domicile. Vous devez vous concevoir comme un véritable professionnel et adopter des stratégies de développement comme n’importe quelle entreprise.

1 – Créez une newsletter mensuelle que vous adresserez à vos contacts et clients pour les informer de l’actualité de vos produits, de vos ateliers et/ou réunions, salons…

2 – Offrez l’un de vos produits comme lot de tombola, de jeux ou de cadeau (cadeau de fin d’année à la maîtresse d’école, kermesse, club sportif …). Mettez vos coordonnées en évidence au moyen d’une étiquette!!

3 – Chaque fois que vous en avez la possibilité, utilisez votre catalogue plutôt que votre carte de visite pour communiquer vos coordonnées.

4 – Organisez une journée porte ouverte sous la forme d’un atelier découverte et invitez toutes les personnes que vous avez rencontrées dans les 3 semaines qui précèdent.

5 – Déposez vos « vieux » catalogues dans les salles d’attente de votre ville (médecin, dentistes, coiffeurs…). Sur la plupart des catalogues, il existe un emplacement que vous pouvez tamponner avec vos coordonnées.

6 – Assistez aux foires, expositions, festivals gastronomiques, bourses aux plantes… de votre secteur géographique et faites-vous connaître des exposants.

7 – Créez une vidéo de présentation de votre activité et de vos produits qui vous servira de support de communication sur les réseaux sociaux et les mails. Éventuellement, créez une chaîne Youtube.

8 – Tenez un blog et invitez toutes vos connaissances, clients, relations, à le consulter. Communiquez sur l’actualité de vos produits, encouragez le parrainage, proposez une consultation en ligne de votre catalogue, insérez votre vidéo de présentation ou d’astuces d’utilisation produit, organisez des jeux et des concours que vous relaierez sur les réseaux sociaux.

9 – Déposez des flyers de présentation dans les commerces et/ou affichez-les sur les panneaux prévus à cet effet.

10 – Utilisez les réseaux sociaux efficacement (Page Facebook Professionnelle, Pinterest, Twitter, Instagram…).

11 – Identifiez les associations autour de chez vous, selon vos centres d’intérêts, adhérez à certaines d’entre elles, vous y rencontrerez de nouvelles personnes.

12 – Le site internet de votre mairie dispose sûrement d’une rubrique « professionnels », ne négligez pas de vous y référencer (comme dans tous les annuaires professionnels gratuits d’ailleurs!!).

13 – Visitez les entreprises et proposez vos ateliers aux Comités d’entreprise.

14 – Mettez en place un offre de parrainage.

15 – Annoncez dans les bulletins d’information locaux (associations, clubs sportifs…).

16 – Appelez systématiquement vos clients quelques temps après une livraison de produits pour vous assurer de leur satisfaction et apporter vos conseils d’utilisation.

17 – Offrez une réduction à la date anniversaire de vos clients ou contacts. Si vous n’avez pas cette information dans vos fiches de contacts, vous trouverez sans aucun doute des personnes dont c’est l’anniversaire, chaque jour sur Facebook.

18 – Prévoyez une communication spéciale pour chacune des fêtes: Noël, Saint Valentin, Pâques, Fête des mères, Fête des pères, Fête des grands-mères, Halloween…

19 – Selon le produit que vous distribuez, proposez vos ateliers comme un service d’animation gratuit (enterrement de vie de jeune fille, anniversaire, animations auprès des enfants, crémaillère…).

20 – Consacrez quelques heures par semaine à prospecter de nouveaux lieux d’accueil: restaurants, bars, maisons d’hôtes…

21 – Équipez la plage arrière de votre voiture d’un bannière mentionnant votre activité et vos coordonnées.

22 – A chaque changement de catalogue, envoyez un sms à vos clients et contacts.

23 – N’oubliez pas d’envoyer un petit mot de remerciements à vos hôtesses et à leurs amies dans les 2 jours qui suivent leur participation (mail, sms ou simple appel téléphonique)

24 – Déposez des flyers dans les boites aux lettres de votre quartier.

25 – Contactez d’autres vendeurs à domicile qui distribuent des produits complémentaires et non concurrents des vôtres afin de nouer des partenariats (échanges de réunions, organisation de salons, animations en groupe…).

Afin de ne pas vous disperser, choisissez une ou deux idées de cette liste chaque semaine et définissez un plan d’action à mener. N’oubliez pas que les résultats ne seront peut-être immédiats et qu’ils seront à la hauteur de votre persévérance!

Il existe évidemment beaucoup d’autres idées pour développer une activité de Vente à Domicile et nous comptons sur vos commentaires pour enrichir cette liste.

COMMENTAIRES

25 IDÉES POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ DE VENTE A DOMICILE
4.5 (90.77%) 26 votes
6 Commentaires
  1. carine 2 années Il y a

    pourquoi un article aussi intéressant et « professionnel » contient il des fautes d orthographe? tout reporter ou pigiste ou rédacteur se devraient de proposer un article irréprochable.
    j allais le partager mais vraiment du coup je ne peux pas 🙁

    • Auteur
      objectifvdi 2 années Il y a

      Nous ne pouvons que vous donner raison, nous y remédions 🙂 .

    • fraguy 2 années Il y a

      Je suis bien d’accord avec vous et, malheureusement, cela est vrai (plus ou moins, tout de même) pour la plupart des articles publiés ; et c’est vraiment dommage car ils sont toujours très pertinents et très intéressants. Donc il serait bon en effet de prêter davantage attention à ce « détail », qui finit par ne plus en être un.

  2. fraguy 2 années Il y a

    Je suis bien d’accord avec la mise en garde qui est faite à la fin de l’article : il importe que vous CHOISISSIEZ dans cette longue liste d’actions possibles, celle(s) que vous souhaitez mettre en place. Il serait en effet inutile et même tout-à-fait contre-productif de disperser votre énergie : concentrez-la plutôt sur quelques actions judicieusement choisies.
    D’autant plus que toutes n’ont pas la même chance de porter des fruits : soit parce qu’elles sont plus ou moins cohérentes avec l’esprit même de la Vente Directe et avec ce qui fait son succès auprès des consommateurs / consommatrices : la proximité et la convivialité ; soit parce que le délai et/ou le taux de retour sur investissement (d’énergie, de temps et parfois même d’argent…) est très variable de l’une à l’autre (ainsi par exemple, le retour d’une distribution de flyers dans les boîtes aux lettres est de 5 pour mille ! Inutile de vous dire que si vous avez un besoin urgent de remplir votre agenda et ce de façon substantielle, ce n’est certainement pas ce moyen qu’il vous faudra choisir…) ; soit parce qu’elles correspondent plus ou moins bien à votre personnalité et que lorsqu’on met en place une action, il faut se sentir un minimum à l’aise avec (je dis « un minimum » parce que quelle que soit l’action, la première fois que vous la mettrez en place, vous manquerez forcément d’expérience et vous le ferez probablement de façon un peu gauche, et c’est normal : plus vous l’expérimenterez, mieux vous la mettrez en oeuvre, et plus aussi cette action sera couronnée de succès. Ceci dit, il ne faut pas pour autant choisir de mettre en place une action qui soit complètement à contre-courant de votre personnalité).
    La question qui se pose donc maintenant, et qui est fondamentale, est la suivante : « COMMENT CHOISIR les actions que je vais mettre en place ? ». AVANT de répondre à cette question, la première chose à faire est d’ANALYSER VOTRE SITUATION et les OBJECTIFS qui en découlent – les résultats, concrets et quantifiés, que vous attendez de ces actions. Ainsi, par exemple, s’agit-il de reconstituer dès le mois prochain un programme de réunions ou d’Ateliers que j’ai laissé imprudemment s’amenuiser au fil du temps et au détriment des revenus que j’attends de cette activité ? Ou bien s’agit-il seulement d’étoffer progressivement mon activité pour pouvoir, dans un an, abandonner mon autre activité ? Ou bien encore s’agit-il, maintenant que j’ai un peu plus de temps libre, d’augmenter mon rythme d’activité pour pouvoir tirer de celle-ci, avant la fin de l’année, des revenus plus importants ? etc. Selon l’objectif que vous vous définirez suite à votre analyse de la situation, vous ne choisirez pas les mêmes actions, ni même le même type d’actions. Alors AVANT de vous lancer dans telle(s) ou telle(s) action(s), PRENEZ LE TEMPS DE LA RÉFLEXION. Rien n’est plus démotivant que de ne pas obtenir les résultats qu’on attendait d’actions auxquelles on a pourtant le sentiment (souvent légitime) d’avoir consacré beaucoup de temps et d’énergie, alors qu’il aurait suffi de prendre préalablement un peu de recul pour faire d’autre(s) choix – le(s) bon(s) choix – et pour que les résultats soient là… et la motivation avec.
    D’une manière générale, souvenez-vous que les actions DE PROXIMITÉ, CIBLÉES, auront toujours un meilleur taux de retour (ou de transformation) que les autres (tous azimuts et/ou via les boîtes aux lettres, organismes, institutions, associations, boutiques, cabinets médicaux, réseaux virtuels, Youtube etc., où les prospects n’ont pas de lien réel, ni personnel, ni professionnel avec vous). Rappelez-vous : combien de « prospectus » et de « publicités » déposés dans nos boîtes à lettres vont directement à la poubelle ? Inspirez-vous aussi de cet article de BFM Business (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/rien-ne-pousse-plus-a-la-consommation-que-le-bouche-a-oreille-913686.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1441863215), qui rapporte qu’« alors que les marques misent de plus en plus sur les stratégies marketing et les réseaux sociaux, le principal moteur à l’achat est toujours les proches » (d’après une « étude qui se base sur un sondage auprès de 227.000 consommateurs dans le monde – France, USA, Allemagne, Espagne, Italie, Japon, Canada, USA – et sur les analyses du Boston Consulting Group »). Conclusion : agissez EN PRIORITÉ auprès des « prospects » dont vous êtes le plus proche : vos client(e)s et vos hôte(sse)s ! Et dans cet ordre d’idée, tout ce qui se rapporte au suivi des client(e)s (remerciements des client(e)s et des hôte(sse)s peu après vos réunions/ Ateliers, enquête de satisfaction auprès d’eux / d’elles, Service-Après-Vente, anniversaires etc.) est de nature à vous rapporter à court ou à moyen terme.
    Par ailleurs, lorsque vous mettez en place une action de communication auprès de vos client(e)s et hôte(sse)s (newsletter, information concernant un nouveau catalogue, communication autour de fêtes ou de nouveaux produits, offres spéciales ou promotionnelles etc.), vous aurez infiniment plus de résultats si vous recontactez ces personnes, par téléphone, quelques jours après votre communication, sous prétexte de savoir si elles ont bien reçu votre mail, ou votre SMS, et de recueillir leur opinion sur l’objet de votre communication. Alors que si vous attendez que ce soit elles qui vous rappellent, au mieux vous perdrez une partie du potentiel qu’elles constituaient, au pire vous serez extrêmement déçue de n’avoir que très peu de retours. Et c’est la même chose lorsque vous envoyez un catalogue par La Poste, au lieu d’aller le remettre en mains propres, même lorsque la / le destinataire était demandeur. Soyez « proactive » jusqu’au bout.
    Pour ce qui est d’offrir « l’un de vos produits comme lot de tombola, de jeux ou de cadeau (cadeau de fin d’année à la maîtresse d’école, kermesse, club sportif …) » peut être une bonne idée, à deux conditions : que vous le remettiez en mains propres à une personne qui vous connaît personnellement et que vous lui présentiez rapidement le produit (avantages, bénéfices et mode d’emploi) – en d’autres termes que vous lui en fassiez la promotion –, en lui précisant (si elle ne le sait pas déjà) que vous distribuez les produits de cette marque en réunions / Ateliers à domicile, ainsi que les avantages de ces dernières / de ces derniers pour les client(e)s et les hôte(sse)s.
    Pour ce qui est de vous faire connaître des autres EXPOSANTS, lorsque vous participez à un Salon ou à une Foire, comme de contacter d’AUTRES VENDEURS À DOMICILE (distribuant, bien évidemment, des produits non concurrents), ATTENTION, DANGER ! Pour ce qui est des exposants, il est sûr que, globalement, le taux de retour (ou de transformation) pourrait être plus important avec des exposants, qu’avec des visiteurs, à condition toutefois qu’auparavant, vous ayez pris le temps de créer du lien avec eux. Toutefois, cela signifie que cela ne concernera que les exposants à proximité de votre stand, et donc un petit nombre d’entre eux. Par ailleurs, qu’il s’agisse d’exposants ou de vendeurs à domicile d’une marque non concurrente, ayez bien conscience de ce que cela implique pour vous : en toute logique (ou plutôt, en toute éthique) la RÉCIPROCITÉ. Mais, hélas, l’éthique de la Vente Directe n’est pas toujours partagée par les autres exposants ou vendeurs à domicile que vous avez en face de vous : j’ai vu trop souvent des excuses « bidon » de la part d’exposants ou de « collègues » bien décidé(e)s à ne rien programmer avec leur homologue (alors que celui-ci l’avait fait pour eux), sous prétexte, par exemple, d’un emploi du temps soi-disant trop chargé – et celui de leur homologue, alors ?… Bref, n’accordez jamais rien à un(e) exposant(e), ni à un(e) « collègue » vendeur à domicile comme vous, avant d’être certaine qu’il / qu’elle est disposé(e) à faire la même chose pour vous. C’est bien la moindre des choses, non ?
    Pour ce qui est d’organiser des manifestations communes avec un vendeur à domicile d’une marque non concurrente et éventuellement complémentaire, tout dépend de ce que vous envisagez d’organiser ensemble : s’il s’agit de salons, pourquoi pas ? Mais pour des actions de recrutement, par exemple, cela me paraît difficile, vu que le plan de rémunération, l’organisation, l’administration, etc. sont généralement différents d’une Société à l’autre ; quant à l’échange de réunions dont il est question dans l’article, je ne vois vraiment pas de quoi il peut bien s’agir. Par ailleurs, il ne doit en aucun cas être question d’organiser en même temps, chez la même hôtesse, une réunion / exposition / Atelier commun. Et cela pour deux raisons : d’abord parce que les client(e)s potentiel(le)s d’un type de produits ne sont pas forcément les mêmes que ceux / celles de l’autre (on le voit bien dans les comités d’entreprise qui exposent plusieurs types de produits et de marques en même temps) et qu’en conséquence les personnes susceptibles de s’intéresser à votre produit ne seront pas forcément plus nombreuses que si vous aviez été la seule VDI ce jour-là ; ensuite parce que lorsqu’un(e) invité(e) vient à une réunion / un Atelier, il / elle a généralement en tête un budget global, à ne pas dépasser ; de sorte que si jamais les deux types de produits l’intéressent, elle répartira ce budget entre les deux marques et votre « collègue », comme vous-même serez finalement perdantes.
    Attention aussi à certaines idées, apparemment séduisantes, qui peuvent être de fausses bonnes idées : certes, la Vente à Domicile doit mettre en avant le service, et établir une relation gagnant/gagnant, mais il ne faut pas oublier que dans cette relation, les deux (le client ET le vendeur) doivent y trouver leur compte. Or proposer « vos Ateliers comme un service d’animation gratuit (enterrement de vie de jeune fille, anniversaire, animations auprès des enfants, crémaillère…) » peut avoir un effet pervers : que l’on vous prenne au mot et que les participant(e)s oublient que vous êtes aussi là pour gagner votre vie. Une société de Sex Toys, pour laquelle j’ai travaillé en tant que consultante, en a fait la triste expérience : ses Conseillères n’avaient certes aucun mal à programmer des réunions sur le thème « enterrement de vie de jeune-fille », sauf que le chiffre d’affaires de ce type de réunions était, au mieux, ridiculement bas et, le plus souvent, tout simplement inexistant. De sorte que la Société a finalement pris la décision de ne plus faire ce genre de proposition à ses client(e)s.
    Enfin si vous devez investir de l’argent dans une action, assurez-vous que celle-ci est bien adaptée à votre objectif et qu’elle ne fait pas doublon avec une action pilotée et prise en charge par votre Société. Pensez aussi que les comités d’entreprise demandent de plus en plus souvent une participation financière ; ce n’est pas un problème seulement si le retour sur investissement est supérieur à ce que vous aurez dû payer pour être référencée.
    D’une manière générale évitez aussi bien de trop investir que de ne rien investir du tout, financièrement parlant. À vous de juger : à vous de mettre en perspective l’investissement que vous pourriez éventuellement faire, le retour que vous pouvez en attendre et l’objectif que vous poursuivez. C’est ce que font des millions d’entrepreneurs lorsqu’ils doivent décider d’une stratégie de développement !

  3. josye38 1 année Il y a

    bonsoir Fraguy

    Je viens de lire votre message. Un grand merci, c’est clair, bien expliqué
    Il y a pas longtemps que j’ai commencé la VDI, je n’ai pas encore bien réussi.

    J’ai commencé en utilisant le stock de ma marraine.
    Il faut que je me « lance », toute seule, rien à exposer, travailler sur catalogue, ce n’est pas facile
    Acheter du stock, il faut pouvoir assumer.

    Se faire connaître, trouver des personnes qui veulent me recevoir……
    Je vais utiliser vos conseils
    Merci et bon week end

  4. Françoise PICOLET 1 année Il y a

    Bonjour Josye 38,
    Je suis heureuse que mon commentaire ait pu vous être utile.
    Mais s’il n’y a pas longtemps que vous avez commencé votre activité de VDI, il est normal que vous n’ayez « pas encore bien réussi » (pour reprendre votre propre formulation) : il faut un minimum de temps pour se constituer une clientèle et aussi pour assimiler les différentes techniques (de prospection, de vente, de prise de rendez-vous et de parrainage), spécifiques à la vente à domicile. Dans ce type d’activité deux des clés de la réussite sont : la patience et la persévérance.
    Toutefois, dans votre réponse, quelque chose m’interpelle : je suis surprise que vous deviez acheter du stock, à moins que vous ayez un statut de VDI acheteur-revendeur (et non de VDI mandataire). Si tel est bien le cas et que vous ne disposez pas d’un budget minimum pour acheter un stock initial de produits, alors c’est peut-être que vous n’avez pas choisi le bon type de Société de vente à domicile : dans les Sociétés où les Conseillères ont un statut de VDI mandataires, généralement elles se voient confier un kit initial de produits, le plus souvent contre un chèque de dépôt, d’un montant très inférieur à la valeur « prix public » des produits qui composent ce kit, sachant que la plupart du temps, ce chèque leur est rendu lorsqu’elles réalisent dans les premiers mois de leur activité un chiffre d’affaires fixé par la Société. Cela signifie donc que, le plus souvent, le kit initial de produits peut être gagné, partiellement ou en totalité, et que s’il ne l’est pas il peut être acquis moyennant un investissement peu élevé (notamment en regard de la valeur réelle des produits qui le composent), investissement qui, de plus, est facilité par le revenu des premières ventes de la nouvelle Conseillère ; de sorte que dans ce type de Société, les Conseillères démarrent dans les meilleurs conditions, quelle que soit leur situation financière. Car il est certain que devoir travailler sur catalogue n’est certes pas la meilleure façon de faire de bonnes ventes. Et même lorsque, comme vous, on a la chance d’avoir une marraine qui prête à ses Conseillères une partie de son stock, il faut bien avoir conscience que si elle fait cela avec toutes, elle risque de se retrouver elle-même très rapidement à cours de produits pour sa propre activité ; cette situation ne peut donc être qu’exceptionnelle et temporaire.
    Autre chose m’interpelle : d’après ce que vous écrivez (« il faut que je me lance toute seule », « Se faire connaître, trouver des personnes qui veulent me recevoir… »), il me semble que vous ne bénéficiez pas non plus d’un accompagnement, ni d’une formation suffisants pour optimiser votre démarrage. Je le dis d’autant plus objectivement que je ne sais pas dans quelle Société vous êtes entrée. En effet, une Société de vente à domicile, sérieuse et expérimentée, fournira à ses Conseillères tous les outils susceptibles d’optimiser leur démarrage et l’accompagnement, comme la formation (non seulement aux produits, mais aussi aux techniques de prospection, de vente et de prise de rendez-vous) en font partie. Après, il faut aussi que les Conseillères s’impliquent elles-mêmes dans ce processus d’accompagnement et de formation et qu’elles acceptent d’y consacrer le temps qu’il faut et parfois aussi un peu d’argent (notamment sous forme de carburant, si elles doivent faire un peu de route pour suivre leur marraine sur le terrain afin d’observer les bonnes pratiques, ou pour se rendre aux sessions de formation). Ainsi deux autres clés de la réussite dans la vente à domicile sont : l’accompagnement et la formation.
    Lorsqu’on choisit de rejoindre la vente à domicile, il est essentiel de choisir la Société en fonction des critères suivants : certes il est important d’avoir « un fit », un bon feeling avec sa marraine et d’être attirée par les produits que commercialise la Société dans laquelle on s’apprête à rentrer. C’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi adhérer au concept et à la méthode de vente développés par la marque et aussi aux valeurs qu’elle affiche et sur lesquelles elle communique. Il faut encore s’assurer que ses actes sont en accord avec ses paroles, en particulier qu’elle respecte l’éthique du code d’éthique de la vente à domicile, et qu’elle met bien à disposition de ses Conseillères tous les outils dont elles ont besoin pour réussir : outils de démarrage, formation initiale et permanente aux produits et aux techniques de vente, produits à présenter (en appliquant une politique conforme à la réglementation en vigueur), documents et accessoires etc. Enfin seulement, on s’intéressera au plan de rémunération (qui doit, lui aussi respecter la réglementation et permettre aux Conseillères d’être rémunérées proportionnellement à leurs résultats, à leur implication et à leur mission) et au plan de carrière que propose l’entreprise.
    Sans vouloir vous faire douter du bien-fondé du choix que vous avez fait de la Société que vous avez rejointe (et qui est peut-être le bon choix !), je tenais néanmoins à relever quelques points qui, à mon avis, méritent tout de même réflexion et à vous aider à y voir plus clair pour mener cette réflexion.
    Je vous souhaite toute la réussite que vous méritez.
    Si vous avez besoin d’éclaircissements ou de conseils, n’hésitez pas à me contacter sur ce site, dans le cadre de cet article et échange de commentaires et de réponses.
    Bien cordialement.

Laisser une réponse

Nous contacter

Laissez nous un message!

En cours d’envoi

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Inline
Inline