DEVENIR VDI, UNE AUTRE FAÇON D’ENTREPRENDRE

devenir vdi

Entreprendre, monter sa boite, se mettre à son compte, autant de formules pour exprimer une même volonté: celle de créer son propre emploi, de générer son propre revenu, indépendamment d’un marché du travail apathique et morose.

L’entrepreneuriat d’autrefois, se limitait dans sa forme à la création de société, ou à l’entreprise individuelle. Création ou reprise d’entreprise, le porteur de projet se devant d’être “sur tous les fronts” et d’avoir la capacité financière de supporter les investissements de départ.

Le régime de l’Auto Entrepreneur a rendu le démarrage d’une activité indépendante plus simple et moins risquée (particulièrement sur le plan des charges sociales), le Statut VDI, pourtant plus ancien est plus méconnu alors qu’il répond à cette même problématique.




LA VENTE DIRECTE chiffres 2015

Le “business model” de la Vente à Domicile

Lorsqu’une entreprise choisit le mode distribution de la vente directe, elle assure elle-même, de façon partielle ou totale, la distribution de ses produits ou services. Ce canal de distribution permet une meilleure maîtrise des marges, de l’image de la marque et rend l’entreprise moins “dépendante” des réseaux de distribution habituels.

Lorsqu’il s’agit de vente à domicile, dans la majorité des cas, la force de vente de l’entreprise est externalisée par la constitution d’un réseau de vendeurs qui ont pour mission de commercialiser le produit directement auprès du particulier, client final. La vente s’effectue en “face à face” ou en réunion, au domicile du client, ou dans tout autre lieu qui n’est pas habituellement réservé au commerce. La marque est alors en mesure de déployer son produit ou son service sur un vaste territoire (régional, national ou international) sans implanter de magasins et sans avoir recours à la grande distribution ou aux détaillants.

Un modèle pertinent pour mettre l’accent sur l’expérience client

On qualifie d’expérience client, l’ensemble des émotions ressenties avant, pendant et après l’acte d’achat. Un domaine d’excellence pour la vente directe en général et la vente à domicile en particulier puisque le vendeur bénéficie d’une relation de proximité du client pendant chacune des étapes du processus:

  • anticipation (préparation de l’achat)
  • achat
  • utilisation du produit ou service
  • service et conseils après vente
EXPERIENCE CLIENT

Le point fort de la vente en réunion (atelier, démonstration) est de permettre au consommateur de réaliser simultanément son expérience d’achat et d’utilisation en bénéficiant d’une démonstration en situation réelle et dans un environnement “bienveillant” (domicile de l’hôte(esse), présence des amis, recommandation).

Les produits nécessitant explications et démonstrations sont donc “avantagés” par ce mode de distribution, les produits plus “classiques” bénéficiant de conseils personnalisés.

L’expérience client est considérée comme une étape essentielle du processus de satisfaction et de fidélisation.

Le Vendeur à Domicile Indépendant, une sorte de micro entrepreneur

Rappelons en préambule, que la Vente Directe est un métier exigeant et que le succès passe nécessairement par le travail, l’effort, la persévérance et la motivation. Devenir VDI est une “autre façon” d’approcher l’entrepreneuriat.

Si une société se montre trop “séductrice” dans son recrutement, en vous promettant des revenus conséquents dès le début de votre activité, sans efforts et de façon presque “passive”… passez votre chemin!

En revanche, si vous recherchez un revenu complémentaire ou une activité principale, le secteur de la vente directe peut vous apporter des réponses.

Un emploi indépendant

INDÉPENDANT, c’est le maître mot d’une activité de VDI. Garant de votre liberté et d’une quasi totale autonomie, indépendant signifie aussi que vous n’avez pas de rémunération garantie et que celle-ci sera proportionnelle à vos efforts, votre travail et disons le aussi votre “talent”. Il est donc de nécessairement de posséder “peu ou prou” une âme d’entrepreneur et ceci quelque soit le choix du produit et de l’enseigne.

Le Kit de démarrage

Pas toujours gratuit, mais accusé à tort d’être le “prix à payer” pour pouvoir travailler, le Kit de démarrage s’apparente au stock de départ que vous seriez amené à constituer si vous entriez dans le cadre d’une création d’entreprise classique. L’enseigne est alors assimilable à un fournisseur mais offre parfois des possibilités de règlement échelonné et/ou de gratuité à partir d’un certain montant de CA.

Un Statut simple et peu contraignant

Le Statut VDI créé en 1993 est particulièrement simple et présente des avantages incontestables pour démarrer une activité indépendante. Destiné à permettre une activité complémentaire ou dédié à la phase de démarrage d’une activité principale, il doit faire l’objet d’un contrat entre la Vendeur à Domicile Indépendant et l’enseigne.

Formalité OBLIGATOIRE : la déclaration de début d’activité.

La fiscalité des revenus est avantageuse (calquée sur celle de la micro entreprise) et la déclaration des revenus est fonction de la nature du contrat (commissions pour les mandataires, marges pour les acheteurs/revendeurs).

Les points forts

Points forts du secteur, ce sont aussi ceux qui doivent vous guider pour choisir l’entreprise avec laquelle vous allez travailler:

  • la formation
  • les supports de communication
  • les challenges (des “récompenses” supplémentaires en fonction de vos résultats)
  • l’accompagnement
  • les possibilités d’évolution

  • Être son propre patron.
  • Bénéficier d’un véritable statut.
  • Des horaires de travail flexibles et choisis qui permettent de concilier une autre activité, un autre emploi ou la vie de famille.
  • Une stimulation pour acquérir des compétences commerciales.
  • La formation professionnelle, la formation interne et le soutien offert par les sociétés de vente directe.
  • Un secteur ouvert à tous sans qualifications requises et sans critères d’âge ou d’expérience.
  • Une large gamme de produits de qualité.
  • La possibilité de créer ou de renforcer le lien social et la reconnaissance personnelle.
  • Un revenu complémentaire ou principal directement lié aux efforts fournis et au temps investi.
  • Possibilité d’essayer et de tester les produits dans une ambiance conviviale.
  • Une réglementation très protectrice du consommateur
  • Une information et des conseils personnalisés sur les produits et leur utilisation
  • Des produits innovants ou distinctifs peu disponibles dans les magasins traditionnels et nécessitant explications, démonstration et conseils personnalisés.
  • Un mode de distribution pratique et confortable (proximité, environnement amical, disponibilité du vendeur, livraison à domicile)
  • Un interlocuteur unique et disponible tout au long du processus d’achat.

La rémunération sur plusieurs niveaux

A ne pas confondre avec un système pyramidal qui est INTERDIT, le système de rémunération sur plusieurs niveaux est parfaitement légal.

Certaines enseignes de vente à domicile proposent une rémunération sur plusieurs niveaux (vous, vos filleuls, les filleuls de vos filleuls…) à la manière d’une affiliation.

La marketing de réseau s’appuie sur un système de recommandation qui permet au VDI de parrainer d’autres vendeurs qui deviendront eux-mêmes distributeurs du produit. Le produit reste le “cœur” de l’activité et la rémunération est basée sur les ventes de produits réalisées par le réseau et versée sous forme de commissions (commissions d’animation du réseau de vendeurs).

Yann Bédard, responsable du service juridique de la FVD, pour Vente Directe Magazine.




Tout repose sur la création et l’animation d’un réseau de commercialisation et non sur le simple fait de recruter un nouveau vendeur. C’est la raison pour laquelle, aucune prime ne peut être distribuée sur le simple fait de recruter un nouveau vendeur. Le plan de rémunération doit par ailleurs prévoir une limitation dans le nombre de niveaux ouvrant droit à commissions et l’entreprise ne doit pas tirer ses bénéfices de la vente des Kits de démarrage.

Article L 122-6 du Code de la Consommation

Sont interdits :

1° La vente pratiquée par le procédé dit “de la boule de neige” ou tous autres procédés analogues consistant en particulier à offrir des marchandises au public en lui faisant espérer l’obtention de ces marchandises à titre gratuit ou contre remise d’une somme inférieure à leur valeur réelle et en subordonnant les ventes au placement de bons ou de tickets à des tiers ou à la collecte d’adhésions ou inscriptions ;

2° Le fait de proposer à une personne de collecter des adhésions ou de s’inscrire sur une liste en exigeant d’elle le versement d’une contrepartie quelconque et en lui faisant espérer des gains financiers résultant d’une progression du nombre de personnes recrutées ou inscrites plutôt que de la vente, de la fourniture ou de la consommation de biens ou services.

Dans le cas de réseaux de vente constitués par recrutement en chaîne d’adhérents ou d’affiliés, il est interdit d’obtenir d’un adhérent ou affilié du réseau le versement d’une somme correspondant à un droit d’entrée ou à l’acquisition de matériels ou de services à vocation pédagogique, de formation, de démonstration ou de vente ou tout autre matériel ou service analogue, lorsque ce versement conduit à un paiement ou à l’attribution d’un avantage bénéficiant à un ou plusieurs adhérents ou affiliés du réseau.

En outre, il est interdit, dans ces mêmes réseaux, d’obtenir d’un adhérent ou affilié l’acquisition d’un stock de marchandises destinées à la revente, sans garantie de reprise du stock aux conditions de l’achat, déduction faite éventuellement d’une somme n’excédant pas 10 % du prix correspondant. Cette garantie de reprise peut toutefois être limitée à une période d’un an après l’achat.

COMMENTAIRES

DEVENIR VDI, UNE AUTRE FAÇON D’ENTREPRENDRE
4.6 (92.5%) 16 votes
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Nous contacter

Laissez nous un message!

En cours d’envoi

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Inline
Inline